élevage des terres de la chapelle

allier le beau et le bon

parson russel

février 27th, 2012
Standard N° 339 du Terrier du Révérend Russel (Parson Russell Terrier)

Attention ! Le standard a changé. Il est en vigueur depuis avril 2004.

Traduction Prof. R. Triquet et Dr J.M. Paschoud
Origine Grande-Bretagne
Date de publication du standard d’origine en vigueur 28 novembre 2003
Utilisation Terrier d’utilité tenace et rustique, spécialement qualifié pour le travail sous terre.
Classification F.C.I. Groupe 3 : Terriers
Section 1 : Terriers de grande et moyenne taille. Avec épreuve de travail.

Bref aperçu historique
Le promoteur de cette race, John (Jack) Russell est né en 1795 à Dartmouth dans le Devon. Devenu pasteur, il desservit pendant la majeur partie de sa vie la paroisse de Swymbridge, Devon. Cavalier émérite et grand chasseur, il s’est passionnément adonné à l’élevage et la sélection de terriers. En 1873, il fut un des membres fondateurs du Kennel Club. Il mourut en 1883 à l’âge avancé de 87 ans. C’est pendant ses études à Oxford qu’il s’acheta son premier terrier, une chienne blanche à poil dur avec des marques en tête dont l’aspect correspond déjà d’une manière appréciable au standard actuel. Jack Russell procéda à de nombreux croisements avec diverses races de terriers d’utilité, à la robe unicolore ou panachée. Le but recherché était toujours d’améliorer l’aptitude à la chasse; la création d’une race dotée d’un extérieur homogène restait un aspect accessoire. Conformément à cette tradition, des croisements avec d’autres races de terriers ont été effectués ultérieurement. Il a aussi tenté de croiser le Jack Russell avec d’autres races canines, mais les descendants ne correspondant pas au type ancestral, ces essais décevants ont été abandonnés. Depuis la fin de la dernière guerre mondiale, cette race jouit d’une popularité grandissante sur le continent européen, tout spécialement auprès des chasseurs et des cavaliers. Le Kennel Club anglais l’a reconnue le 22 janvier 1990 et a publié un standard intérimaire officiel sous le nom de « Parson Jack Russell Terrier ». La F.C.I., à son tour, a accepté cette race à titre provisoire le 2 juillet 1990. Le nom actuel du Parson Russell Terrier a été donné par le Kennel Club Britannique en 1999. La race a été reconnue à titre définitif par la F.C.I. le 4 juin 2001.

Aspect général Apte au travail, actif, agile, construit pour la vitesse et l’endurance. Donne une impression générale d’harmonie et de souplesse. Les cicatrices glorieuses sont acceptées.
Proportions importantes Bien proportionné. La longueur du corps est légèrement plus grande que la hauteur au garrot. La distance de la truffe au stop, est légèrement plus courte que celle du stop à l’occiput.
Caractère, comportement Essentiellement un terrier de travail que ses aptitudes et sa conformation destinent au déterrage et à la suite des chiens courants. Hardi et gentil.
Tête Région crânienne

  • Crâne : plat, d’une largeur moyenne, allant en se rétrécissant graduellement vers les yeux.
  • Stop : peu marqué.

Région faciale

  • Truffe : noire.
  • Mâchoires, dents : mâchoires puissantes et bien musclées. Articulé parfait, régulier et complet en ciseaux, c’est à dire que les incisives supérieures recouvrent les inférieures dans un contact étroit et sont implantées bien d’équerre par rapport aux mâchoires.
  • Yeux : en amande, assez enfoncés dans les orbites, de couleur sombre, expression pleine de vivacité.
  • Oreilles : petites, en forme de « V », tombant vers l’avant, portées contre la tête. L’extrémité de l’oreille doit atteindre l’angle de l’œil. Le pli ne doit pas dépasser le sommet du crâne. Pavillon d’épaisseur moyenne.
Cou Pur dans ses lignes, musclé, de bonne longueur, il va en s’élargissant progressivement vers les épaules.
Corps Bien proportionné. La longueur du corps dépasse légèrement la hauteur du garrot au sol.

  • Dos : solide et droit.
  • Rein : légèrement arqué.
  • Poitrine : modérément descendue sans dépasser le niveau du coude ; prise derrière les épaules deux mains de grandeur moyenne doivent pouvoir en faire le tour. Les côtes de sont pas trop cintrées.
Queue La coutume est d’écourter la queue.

  • Queue coupée : La longueur est en rapport avec celle du corps tout en étant suffisante pour offrir une bonne prise à la main qui la saisit. Forte, droite, attachée modérément haut; chez le chien en action, elle est portée bien relevée.
  • Queue non coupée : De longueur moyenne et aussi droite que possible, elle participe à l’équilibre des formes. Épaisse à la base, elle s’amenuise vers l’extrémité. Attachée modérément haut, elle est portée bien relevée quand le chien est en action.
Membres Membres antérieurs
Les antérieurs sont forts et doivent être d’aplomb, les articulations n’étant tournées ni en dedans ni en dehors.

 

  • Épaules : longues et obliques, bien inclinées vers l’arrière, bien dégagées au garrot.
  • Coudes : bien au corps, ils jouent librement sans être gênés par les côtes.

Membres postérieurs
Forts, musclés, bien coudés.

  • Grassets : bien angulés.
  • Jarrets : placés bas.
  • Métatarses : parallèles donnant beaucoup d’impulsion.
  • Pieds : Doigts serrés, coussinets résistants. Les pieds ne sont tournés ni en dedans ni en dehors.
Allures Dégagées, vives et bien coordonnées ; les membres se portent droits devant et à l’avant comme à l’arrière.
Peau Elle doit être épaisse et lâche.
Robe  

  • Poil : naturellement rêche, serré et dense, qu’il soit lisse ou dur. Le ventre et le dessous du chien sont  munis de poils.
  • Couleur : Entièrement blanc ou blanc prédominant avec des marques fauves, citron ou noires, ou toute combinaison de ces couleurs, de préférence limitées à la tête et/ou à la naissance de la queue.
Taille On accepte 2 cm en plus ou en moins.

 

  • Mâle : hauteur idéale au garrot 36 cm.
  • Femelle : hauteur idéale au garrot 33 cm.
Défauts Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.

N.B. Les mâles doivent avoir deux testicules d’apparence normale complètement descendus dans le scrotum.